Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un peu de poivre un peu de sel
  • Un peu de poivre un peu de sel
  • : Je suis plutôt bonne vivante et pour moi les meilleurs moments sont souvent à table devant un bon petit plat et un verre de vin... Voici mes recettes, mes coups de coeurs, mes petites histoires...
  • Contact

Recherche

Archives

6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 22:12

petitdejeuner 1923

Bonjour à tous!!!

 

Je me fais rare! Un peu trop d'ailleurs mais pour être honnête, c'est pour la bonne cause! Ce n'est pas trop que je ne cuisine pas mais je ne publie pas. Je n'ai pas trop le temps: en effet, nous avons acheté une maison. En ce moment, toute notre énergie y passe et je n'ai pas trop le courage de me connecter et de vous montrer ce que je prépare. 

 

Cependant  aujourd'hui, c'est la Saint Nicolas. Et en Belgique, la Saint Nicolas, c'est sacré, en tout cas quand on a des enfants... Cette année, c'est la première fois que nous fêtions la Saint-Nicolas de Romain, notre petit loup.

 

Vu que nous faisions un petit déjeuner pour l'occasion, il me semblait important de réaliser une recette typique de la Saint Nicolas: des cougnous!

 

Pour une bonne quinzaine de cougnous, vous aurez besoin de:

 

- 1kg de farine

- 500g de lait entier

- 2 oeufs

- 70g de levure fraiche

- 80g de sucre

- 15g de sel

- 200g de beurre

- 200g de sucre perlé

- 200g de raisins secs (qui ont gonflés dans l'eau quelques heures)

 

Commencez par diluer la levure dans le lait. Ajoutez les oeufs battus. Ensuite ajoutez la farine, le sucre en poudre et le sel. Pétrissez. Ajoutez ensuite le beurre et travaillez la pâte jusqu'à ce qu'elle soit bien lisse. Ajoutez-y le sucre perlé et les raisins secs.

 

Pesez des pâtons d'environ 125g. Allongez les et donnez leur une forme de cougnou en leur formant une petite tête. Honnêtement, je ne l'ai fait que pour deux ou trois cougnous. Laissez reposer au chaud jusqu'à ce que les cougnous aient doublés de volume.

 

Dorez à l'oeuf et enfournez dans un four préchauffé à 230° pendant 11 minutes.

 

 

J'espère que ça vous plaira!

 

 

A la prochaine!

 

 

 petitdejeuner 1930 

 

 

Repost 0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 00:00

1ers-essais 1206

 

 

Comme beaucoup ces derniers temps, je me suis lancée dans la grande aventure du pain au levain naturel.

 

En pianotant sur le blog de Pascale, je suis tombée sur ses articles concernant le pain au levain et j'ai décidé de me lancer aussi.

 

J'ai lancé mon levain sans trop y penser. Je dois reconnaitre que je ne me suis pas vraiment pris la tête. J'avais de la farine T65, j'ai mis la même quantité d'eau que de farine dans un bocal de type Weck, j'ai bien mélangé et je l'ai laissé là. Mais comme lorsque j'ai une idée en tête, je ne l'ai pas ailleurs, j'ai continuer à lire à gauche à droite sur le sujet. Enfin, à gauche à droite, je devrais surtout dire ici: le blog de Flo - Makanaibio. Comment vous dire? Ce blog est devenu ma bible du levain!

 

Du coup, j'ai prêté un peu plus d'attention à mon petit pot...

Après trois jours, je l'ai nourri. Puis je l'ai laissé se reposer de nouveau trois jours et à partir de là, je l'ai nourri toutes les douzes heures (pour les détails, je vous conseille sincèrement d'aller voir le site de Flo, elle est bien meilleure que moi!).

Après deux-trois jours, j'avais un beau levain, bien tonique, plein de petites bulles! J'étais très fière de cette "naissance". Le temps de lui donner un nom était arrivé et vu que je n'ai pas été tendre avec lui et qu'il s'est sorti de cette aventure, il méritait le nom d'un "superhéros". Dans la rubrique héro-aventurier-BCBG (entendez par là beaux cul, belle gueule), j'aime assez Harrisson Ford et j'ai décidé, en son honneur, d'appeler mon levain Indiana - Indi pour les intimes...

 

Niveau recette, j'ai suivi les conseils de Flo et Pascale et me suis lancée dans une recette de type 1.2.3, c'est à dire 1 portion de levain, 2 portions d'eau, 3 portions de farine. Facile de retenir les quantités. Il suffit de se baser sur la quantité de levain que vous avez à disposition et de vous adapter avec le reste...

J'ai également opté pour la cuisson en cocotte. Pourquoi changer ce qui fonctionne chez les autres? 

 

Mon premier pain était correct mais un peu plat, par contre la croute était parfaite: croustillante, dorée, ni trop épaisse, ni trop fine et même s'il était un peu compact, la mie était bonne. Romain a d'ailleurs apprécié...

Sans avoir la moindre idée de ce qui s'est passé, car dans le fond, je n'ai pas changé quoi que se soit, le deuxième était nickel!

Puis sont arrivé mes premères variantes que j'ai complètement oublié de photographier... Un pain aux figues, un pain au vin rouge et aux noisettes (que je n'ai jamais su décoller de la cocotte et que j'ai grignoté comme ça) et un pain à la bière brune et aux pommes de terre (qui ne suivait pas la recette 1.2.3 - je le referai et vous indiquerai la recette, car il était plutôt bon).

 

Petit à petit, j'ai appris certaines choses: je n'aime pas le pain trop salé, je diminue toujours un peu la quantité préconisée par Flo (soit 1.8 à 2% du poids de la farine). Ensuite, il ne faut pas oublier de huiler sa cocotte, sinon, le pain risque de se décoller difficillement (voire pas du tout!). Et enfin, quand c'est du pain au levain, j'aime bien les farines plus complètes et les pains plus sombres que lorsque je fais du pain avec de la levure.

 

Voici la manière dont j'ai procédé pour le pain illustré ici:

 

+/-12h avant de commencer la pâte, je nourris mon levain. Je fais cela généralement le soir.

 

Le matin, dès mon levé, je rassemble mes ingrédients, dans ce cas:

 

- 200g de levain

- 400g d'eau

- 600g de farine (niveau farine, j'ai utilisé mes fins de paquets: seigle, épeautre, blé T65 mais je suis incapable de vous situer les proportions).

- 10g de sel (si vous aimez plus salé vous pouvez monter jusque 12g).

 

J'ai donc mélangé levain, farine, sel et eau jusqu'à avoir une pâte hommogène mais sans plus la travailler.

 

J'ai laissé la pâte se reposer 10 minutes (pendant lesquelles j'ai fait le café) puis je l'ai pétrie pendant quelques minutes sur une plaque huilée.

 

Ensuite, retour dans son plat (lavé et légèrement huilé entre temps pour ne pas que la pâte accroche). Ensuite, je vais prendre ma douche (tout le monde s'en fout mais c'est pour vous expliquer mon organisation et vous prouver que faire du pain au levain peut tout à fait s'insérer dans un planning de quelqu'un qui travaille).

 

Environ une plus tard, j'ai étiré et plié ma pâte trois fois (toujours sur une plaque huilée). et l'ai remise dans son plat que je veille à bien recouvrir d'un essui de vaisselle (torchon, pour les français... ) propre de manière à lui éviter les courants d'air

Et hop, je laisse le tout là quelques heures, le temps d'aller bosser.

 

Quand je rentre du boulot, j'étire et je plie à nouveau ma pâte trois fois et hop, dans la cocotte en verre avec couvercle (préalablement huilée) puis j'enfourne dans un four froid que j'allume au maximum et je laisse cuire une heure.

 

Le plus dur est de résister à la tentation de goûter le pain le jour même vu qu'il est toujours meilleur le lendemain.

 

Niveau conservation, bien qu'un pain au levain se conserve bien mieux qu'un pain à la levure, je préfère le trancher et surgeler les tranches car Romain et moi sommes les seuls à manger du pain et j'ai horreur de jetter du pain (même si les poules, elles, aiment bien!).

 

Honnêtement, faire son pain, ça fait vide la tête. L'odeur du pain qui cuit vaut tout l'or du monde. Et franchement, il y en a à tout casser pour 20-25 minutes de "travail". J'espère vous convaincre de vous y mettre!

 

1ers-essais 1208

Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:26

_7301.jpgQuestion à tou(te)s les pationné(e)s de cuisine... Ca ne vous fait pas enrager quand on vous demande ce que vous souhaitez comme cadeau (que se soit de Noël, d'anniversaire ou autre) et que lorsque vous dites "une casserole", "une rape microplane" ou une participation à mon robot de cuisine, on vous réponde "mais non, dis-moi ce que tu veux VRAIMENT" ou "mais je veux te faire un VRAI cadeau"?
Au téléphone avec une copine on discutait cadeaux de Noël. Elle a envie de cadeau "bien-être", grand bien lui fasse, moi, me faire tripatouiller par des étrangers, ce n'est pas trop mon truc. En tout cas, pas pour le moment. Lorsque je lui ai dit que je demandais des brols pour ma cuisine (qui en regorge déjà mais bon, on ne se refait pas) ou une 'tite enveloppe pour m'offrir mon robot, elle m'a rit au nez et m'a conseillé de demander des vraix cadeaux et pas des trucs pour le ménage... C'est pas pour le ménage d'abord... C'est pour la cuisine! Et si j'aime ça, ça me regarde, non? Car pour moi, une rape, une casserole, un moule à tarte ou un livre de cuisine, ce sont de VRAIX cadeaux et c'est ce que je veux VRAIMENT!
Et je n'ai pas envie d'avoir à me justifier par rapport à mes goûts... Est-ce qu'on demande à quelqu'un qui a déjà un MP3 pourquoi il veut un IPod? Non... Et bien, pourquoi est-ce qu'on demande à quelqu'un qui a une bonne vieille rape pourquoi il veut une rape microplane? Non mais, franchement! Nous sommes des incompris, je vous le dis! Car en plus si vous vous justifiez, on vous regarde avec des yeux de merlan frit, comme si vous vous étiez échappé de je ne sais quel hôpital psychiatrique...

Enfin bon, tout ça pour rassurer mes proches: oui, des accessoires de cuisine sont pour moi de beaux cadeaux et oui, c'est ce dont j'ai envie! Et non, un livre de cuisine n'est pas juste un truc qui sert à prendre les poussières dans ma bibliothèque...

C'était l'humeur du jour...

Histoire d'adoucir un peu tout cela... Voici une recette de brioche à la fleur d'oranger faites ce weekend à l'occasion du petit-déjeuner de la Saint Nicolas.

Ingrédients:
30g de crème fraiche
20g de lait tiède
1 sachet de levure de boulangerie
3 oeufs battus en omelette
2 càs de fleur d'oranger
125g de beurre fondu
50g de sucre
350g de farine
1/2cc de sel

Délayez la levure dans le lait tiède. Versez tous les ingrédients liquides dans la cuve de votre MAP. Ajoutez-y ensuite les poudres.

_7265.jpg





Mettez en route le programme "pâte seule". A la fin du programme, récupérez votre pâton, divisez-le en part égale que vous roulez en "boudin". Ensuite, tressez les trois boudins pour obtenir le résultat suivant:

_7282.jpg





J'ai cherché du sucre perlé dans la grande urface où j'ai fait mes courses mais il n'y en avait plus. Du coup, j'ai simplement saupoudré un peu de sucre en poudre sur la tresse que j'avais préalablement mouillé de fleur d'oranger.

J'ai couvert et laissé monter pendant une demi-heure. Ensuite, direction le four préchauffé à 200° et ramené à 180° pour la cuisson pendant 40 minutes.

_7298.jpg





Le résultat? Le goût était sympa. La fleur d'oranger était présente mais pas écoeurante mais par contre, je ne l'ai pas trouvée aussi moelleuse que souhaité... Les autres m'ont affirmé qu'elle était bonne mais je les soubçonne de ne pas avoir osé me dire la vérité...

_7300-copie-1.jpg







Je l'ai trouvée meilleure grillée avec un morceau de foie gras. Mais là, je n'ai pas pensé à prendre une photo... Désolée...




Repost 0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 12:59

J'ai eu une phase ou je faisais mon pain très régulièrement. J'en faisais même pour me détendre... Il faut reconnaitre que pétrir du pain est assez agréable. Mais bon, j'ai de moins en moins de temps et quand j'ai fini ma "deuxième journée", je n'ai plus trop le courage de me lancer dans la préparation du pain du lendemain.

Du coup, lorsque malgrès tout l'envie est là, je me sers d'avantage de ma machine à pain (MAP). Tant qu'à en avoir une, autant qu'elle serve...




Dans ce cas, vous avez besoin de:

- 230g d'eau tiède
- 350g de farine
- 1 sachet de levure de boulangerie déshydratée
- 1 cc de sel
- 3 càs d'huile d'olive

Commencez par réhydrater votre levure dans l'eau tiède (ça peut se faire directement dans la cuve de votre MAP) pendant envirron 1/4h.
Ensuite ajouter la farine, le sel et l'huile et faites tourner sur le programme "pâte seule".

Sortez votre pâton de la cuve. Façonnez et farinez-le. Laissez le pousser envirron 1/2h. Préchauffez votre four à 220°.

Enfournez votre pain et baisser la température du four à 200°. Laissez cuire envirron 40 minutes.
Un pain est cuit lorsque ça sonne creux si vous le retournez et que vous tapotez la croute.

Ce pain fait un peu penser à une ciabatta mais la mie est un peu moins aérée et la croute n'a pas le même croustillant. Il se tranche assez facilement, pas besoin de trancheuse pour faire des tartines.


Bon appétit!





Repost 0